Catégorie : Non classé

– Communication non violente (CNV) et modèle psychothérapeutique IFS

– Communication non violente (CNV) et modèle psychothérapeutique IFS

Share Button

Pratiquer la communication non violente peut nous permettre de mieux nous connaitre. Ainsi l’un des projets de la CNV, celui qui me parait primordial est l’accueil auto-empathique.
L’auto-empathie c’est faire le point sur ce qui se passe en nous dans une situation donnée, à un moment donné. Remarquer ses sensations corporelles ainsi que ses sentiments, ses pensées, ses émotions sans s’ auto-juger.
Cette introspection nous permet d’identifier nos besoins nourris ou pas. Elle clarifie aussi ce que nous aimons vivre ou ne pas vivre et aide à reconnaitre les émotions présentes dans le moment.

Parfois l’auto-empathie est difficile à mettre en place, par exemple lorsque les situations vécues sont complexes : dans le cadre familial ; quand le lieu et/ou le temps ne s’y prête pas ; que nous sommes trop stimulés émotionnellement ; que cela ravive des blessures ; des traumatismes…

Nous pouvons alors être submergés et coupés de nous même. Être dans l’impossibilité de dégager en nous cet espace bienveillant, accueillant, compréhensif, apaisant.
Plusieurs stratégies peuvent alors se poser :

  • Se demander de revenir plus tard sur la situation.
  • Demander si cela est possible à un proche, un ami, une connaissance une écoute empathique.
  • Faire appel à un professionnel de l’écoute active

Professionnel de la prise en charge en CNV et IFS.

Faire appel à un professionnel peut-être envisagé quand les situations vécues sont trop intenses, que l’on semble se retrouver dans une impasse, que les situations conflictuelles se reproduisent cycliquement…
Alors le mal être persistant peut nous mener : au burn out ; à la dépression légère ou sévère ; la somatisation (mal de dos, mal au ventre, céphalée…) ; l’isolement familial et/ou social.

Pour les adeptes de la Communication Non Violente des accompagnements individuels par des praticiens certifiés en CNV est possible.
Est possible aussi un accompagnement par des praticiens IFS. En effet ce modèle thérapeutique systémique prend vraiment en compte tout ce qui se joue intérieurement : émotions ; besoins ; sensations corporelles. Le praticien IFS écoute les différents aspects de son client avec bienveillance. Il amène celui ci dans un voyage intérieur riche et possiblement réparateur.
Avant tout le travail n’est pas forcé. Le processus se fait naturellement en toute confiance, ainsi le client garde le contrôle de ce qu’il veut explorer ou pas.
Pour conclure le professionnel a le recul nécessaire et l’expérience pour identifier la problématique. Il donne de la clarté et guide le client dans sa démarche d’introspection.

Pour prendre rendez-vous cliquer ici.

Share Button
– Stages de sophrologie

– Stages de sophrologie

Share Button

Si vous souhaitez mettre en place des stages qui conjuguent votre discipline avec la sophrologie, n’hésitez pas à me contacter.

je suis ouverte à toutes propositions.

la sophrologie s’accorde parfaitement avec d’autres disciplines. Par son action positive sur le corps et l’esprit, elle installe une ambiance propice à l’apprentissage et au développement personnel.

Les Stages

Stage Sophologie et Aquarelle : thème des couleurs

4 et 5 août 2018 à Graye sur Mer (14)

Stage que je co-anime avec Christian Colin artiste peintre

stages de sophrologie - developpement personnel - aquarellestages de sophrologie - aquarelle

Maîtriser la couleur est utile à quiconque veut améliorer sa technique artistique et apporter à sa peinture une touche personnelle. Mais le stress et la peur du geste de trop nous empêchent souvent d’être serein et relâché lorsque l’on peint. Or la décontraction et l’assurance sont les principales qualités d’un bon aquarelliste.

Ce stage alterne des cours d’aquarelle axer sur le travail des couleurs et séances de sophrologie. En aquarelle vous aborderez les teintes, les valeurs, la tonalité des couleurs.

La sophrologie peut vous permettre à :

  • Développer nos sensations corporelles, nos sens pour affiner nos gestes et notre perception.
  • Apprendre à gérer notre stress et nos émotions pour vivre une relation plus sereine avec l’art pictural.
  • Développer notre concentration et être à l’écoute de notre environnement.
  • Apprendre à gérer notre respiration et induire une juste tension nécessaire à l’expression créative.
Share Button

– Enfants et adultes précoces

Share Button

Merci à Pacall de m’avoir gentiment prêté ce dessin humoristique.

Pourquoi parler de la précocité ?

Parce que j’y suis personnellement confrontée. C’est un sujet qui s’est imposé à moi et qui n’a pas toujours été facile à appréhender. Les parents concernés sont souvent démunis face à des enfants qui fonctionnent différemment et se posent beaucoup de questions sans trouver forcement de réponses. L’école ne sait pas, ou trop peu les dépister et avec un peu de chance c’est un psychologue saura/pourra faire le diagnostic. Je pense d’autre part que la sophrologie, l’IFS, la méditation peuvent être des aides précieuses pour ces personnes. Se recentrer, développer sa confiance en soi, renforcer ces compétences et capacités, comprendre son fonctionnement…

La précocité c’est quoi ?

Outre le fait que Les enfants précoces ont un QI au dessus de la moyenne, ils ont surtout un fonctionnement différent. Être précoce n’est pas signe forcement de réussite, ça peut-être tout le contraire ! Il a souvent du mal à se concentrer, à tendance à se perdre dans ses pensées, il est très émotif, et se pose beaucoup de questions d’ordre métaphysique (d’où je viens, ou vais-je, quel est mon rôle sur terre…).

Ci-dessous un extrait d’une des pages du site www.enfantsprecoces.info Ce site me parait très bien fait, j’espère que cet extrait vous donnera envie de lire la suite.

«Les signes caractéristiques que vous trouverez ci-dessous doivent faire penser à la précocité intellectuelle. Il est rare qu’un enfant présente conjointement toutes les caractéristiques listées, mais il est aussi rare qu’il n’en présente aucune. S’interroger objectivement sur son enfant en ayant cette liste de signes à l’esprit permet de faire le point sur sa personnalité. Il faut cependant éviter de tomber dans le travers qui consisterait à « picorer » dans un inventaire les signes qui pourraient s’appliquer à l’enfant en question et en déduire qu’il est forcément précoce ou surdoué. Nombreux sont les enfants dans la norme qui peuvent présenter une ou plusieurs des caractéristiques énumérées. C’est la concordance avec des faits troublants constatés par ailleurs (apprentissages précoces, maturité du raisonnement..) qui doit amener à envisager avec plus d’attention l’hypothèse d’une éventuelle précocité intellectuelle.

Un inventaire d’identification ne saurait donc nullement remplacer la passation d’un test de QI auprès d’un psychologue compétent. Cette étape reste indispensable, tant pour quantifier la différence que pour la qualifier. Elle vous permettra également de bien comprendre quels sont les points forts et faibles de votre enfant. En attendant, vous pouvez également essayer le test d’identification de l’enfant précoce que nous avons mis en place pour vous aider. Nous vous invitons à laisser vos commentaires ci-dessous pour nous aider à améliorer cette liste.»

quelques liens, lectures et vidéo

enfants et adultes précoses - trop intelligent pour être heureux - Jeanne Siaud-Facchin

  • « Accompagner l’enfant surdoué » (de Tessa Kieboom aux éditions De Boeck).  Ancienne étudiante de Franz Mönks, elle dirige le centre de recherches sur le potentiel intellectuel (Centrum voor Begaafdheidsonderzoek) de l’Université d’Anvers en Belgique. Elle est également l’auteur de plusieurs ouvrages au sujet des enfants intellectuellement précoces.

enfants et adultes précoses - accompagner l'enfant surdoué - Tessa Kieboom

  • Une vidéo de Jeanne Siaud-Facchin.

Share Button