– Communication non violente (CNV) et sophrologie

La Communication Non Violente ou CNV est selon son créateur, Marshall B. Rosenberg (1934 – 2015), « Le langage et les interactions qui renforcent notre aptitude à donner avec bienveillance et à inspirer aux autres le désir d’en faire autant »

Le projet de la CNV est donc de favoriser par une prise de conscience des émotions et des besoins en jeu, une qualité de connaissance de ce qui se joue pour les uns et les autres. Ainsi c'est un outil efficace pour aider à la résolution de conflits intérieurs aussi bien que résoudre des difficultés de communication avec d'autres.

Lorsque nous faisons ce travail de prise de conscience des émotions et besoins pour nous même nous faisons de l'auto-empathie, lorsque nous nous connectons aux émotions et besoins de l'autre nous sommes empathique. Dans la relation sophrologue – sophronisant, je dirais que le sophrologue prend une posture empathique pour aider le sophronisant à être auto-empathique.

Quelles sont les différentes étapes du processus CNV et comment la sophrologie peut intégrer ce processus à sa pratique.

Les différentes étapes du processus  CNV s'articulent comme suit :

processus CNV

  • Ici et maintenant je me connecte à moi-même.

C'est se demander face à des difficultés personnelles et/ou relationnelles passées, présentes ou futures, comment je me sens dans mon corps, dans ma tête, là maintenant, avec cette ou ces situations qui me stimulent particulièrement ?

Ce poser dans le présent pour se connecter à nos ressentis, c'est ce que propose la sophrologie dans beaucoup de ses techniques. Se mettre à l'écoute de sa respiration, accueillir ses sensations corporelles, observer tous les autres phénomènes qui se présentent à nous instant après instant (les pensées, les émotions, les sentiments) participent à s'ancrer dans l'ici et maintenant.

  • J'accueille mes sensations corporelles

Les sensations corporelles peuvent être le reflet d'émotions positives ou négatives. Ne dit-on pas par exemple "avoir la boule au ventre", "avoir des papillons dans le ventre", "avoir le coeur qui bat à 100 à l'heure", "avoir la peur au ventre"… toutes ces expressions relient directement sensations corporelles et émotions, ainsi être à l'écoute de son corps peut nous permettre d'identifier certaines émotions, certains besoins.

La sophrologie offre une place de choix à l'accueil des sensations corporelles : lecture du corps, contractions et relâchements musculaires, variations respiratoires, exploration de nos cinq sens… Nous enrichissons notre schéma corporel, affinons notre écoute somatique.

  • J'accueille mes jugements et reproches

C'est observer tout ce qu'on se dit lorsqu'on pense à une situation :

– Prendre les choses contre soi, par exemple : "C'est vrai je suis nul, j'y arriverai jamais…"…

– Prendre les choses contre l'autre, par exemple : "Tu comprends jamais rien t'es un C…"…

  • Observation factuelle

C'est définir une situation le plus simplement possible, sans y mettre aucuns jugements, reproches, émotions besoins… et le plus précisément possible. Cela permet une prise de recul par rapport au contexte et que les protagonistes puissent s'exprimer sur la même base.

En sophrologie ce travail de définir la ou les problématiques de départ est aussi très important, il permet au sophrologue de comprendre la situation et pouvoir proposer un protocole adapté. Il permet aussi au sophronisant de prendre du recul sur sa situation et se définir un objectif en se posant la question suivante : "Qu'est ce qui là maintenant est important pour moi de résoudre au mieux."

  • Identifier mes sentiments et émotions

C'est accueillir ses sentiments et émotions quand on est stimulé par une situation passée, présente, future. Nous pouvons ainsi identifier ce qui se vit en nous. La CNV nous invite à développer notre vocabulaire affectif pour enrichir notre palette d'émotions et de sentiments. Attention à ne pas confondre émotions et jugements masqués comme : se sentir abandonné ; délaissé ; incompris ; provoqué… ces mots supposent que quelqu'un nous a laissé, ne s'occupe pas de nous, ne nous comprend pas ou cherche à nous faire réagir. Dans ces cas là peut-être sommes nous plutôt en détresse, triste, furieux…

le sophrologue invite le sophronisant s'il ne souhaite à exprimer ses émotions. Des temps de parole sont prévus lors de la première séance bien sûr quand la problématique est exposée, puis, lors des séances suivantes avant et après chaque exercice pratique.

liste de sentiments CNVliste de sentiment 2liste de jugement masquée CNV

  • Identifier mes besoins

Pour la communication non violente identifier ce qui vit en nous c'est donc aussi clarifier ses besoins. Ils sont le cœur de ce qui nous anime, ils nous permettent d'être et d'évoluer. Les besoins sont universels, même si chaque individu peut avoir des besoins qui s'expriment plus ou moins fortement, en fonction de ce qui lui manque ou pas. Il y a les besoins fondamentaux qui assurent notre survie (nourriture, eau, sommeil, reproduction) mais il y a aussi les besoins liés à l'affection, au mental, à l'autonomie, à l'intégrité, à l'interdépendance, à l'expression de soi, à la spiritualité…

liste de besoin CNV

Comme pour les émotions le sophrologue invite le sophronisant à exprimer ses besoins. Clarifier son état d'être, prendre conscience de ce qui lui manque pour être mieux est une étape nécessaire, pour établir un protocole spécifique à chacun.

  • La demande

La demande dépend directement du besoin. Parce qu'il nous manque quelque chose, nous cherchons une stratégie pour combler un besoin non nourrit. L'enjeu est de faire des demandes "CRAPPO", c’est-à-dire : concrètes, réalisables, au présent, positives, précises, ouvertes au dialogue, qui ne manipulent pas l'autre, ni le contraint, ni le culpabilise. Il y a trois façons de faire des demandes :

– Les demandes qu'on se fait à soi-même

– Les demandes que l'on fait à l'autre

– Les demandes que l'on fait aux autres

Le sophrologue trouve avec le sophronisant un objectif positif et concret, accessible , adaptable à tout moment. Il met en place un protocole : un ensemble de techniques que le sophronisant par un entraînement régulier pourra s'approprier et utiliser dans sa vie de tous les jours.

  • Mise en oeuvre de la demande

C'est passer de la réflexion à la concrétisation. Quand fait-on la demande ? comment ?

 

Comment s'informer – pratiquer la CNV :

 On peut lire des livres Marshall Rosenberg en a écrit d'excellents par exemple :

dénouer les conflits par la communication non violente les mots sont des fenêtres ou bien ce sont des murs

 

  • Regarder des vidéos. Celles de Marshall Rosenberg sont supers, il était drôle, très pédagogue et très investi.