IFS

Share Button

Thérapie IFS quelques mots d’introduction

stress - IFS modèle spychotérapeutiqueDes événements marquants vécus dans un passé proche ou plus lointain peuvent perturber la vie présente. Figer la personne dans un immobilisme angoissant. Par la prise en compte systémique des difficultés, la thérapie IFS peut permettre de trouver et/ou de renforcer une harmonie intérieure. Se libérer de schémas de vie inconfortables parfois destructeurs.

La thérapie IFS permet de rencontrer les différentes « personnalités » qui coexistent en soi pour mieux se connaître. D’autre part elle permet d’observer ses mécanismes de défense, d’accéder en douceur à ses parties sensibles. Par exemple des parts qui portent parfois des traumatismes afin de les libérer de leurs fardeaux. Ainsi petit à petit renforcer l’estime de soi, la confiance en soi et recouvrer un équilibre harmonieux.

Par un jeu de questions réponses je vous invite à mieux comprendre ce qu’est cette merveilleuse thérapie.

La thérapie IFS a été développée, au début des années 80, aux États-Unis, par Richard Schwartz, docteur en thérapie familiale et conjugale. Elle figure désormais sur la liste des pratiques thérapeutique dont l’efficacité est prouvée  scientifiquement (« Evidence-based Practice »). En accompagnant des personnes atteintes d’anorexie ou de boulimie, Richard Schwartz s’aperçoit qu’elles parlent d’elles-mêmes à partir de sous-personnalités  (Une part de moi fait ceci, pendant qu’une autre pense cela).

Dans le prolongement des thérapies systémiques qui prennent en compte plusieurs «moi», il développe avec ses équipes un modèle de psyché basé sur des sous-personnalités multiples nommés « Parties » fonctionnant en système comme une famille intérieure.

Il découvre la présence dans chaque personne d’un état particulier, appelé « Self ». Le « Self » pourrait se définir comme un espace intérieur où nous sommes naturellement sereins, empathiques et où il n’y a nulle intention de faire mais plutôt d’être, d’accueillir ce qui est dans l’instant. Cela peut se rapprocher, sans s’y confondre ni s’y réduire, d’un état de pleine conscience comme perçu en méditation.

Pour conclure il fait aussi l’expérience que même les personnes ayant vécu des traumatismes sévères ont un « Self » qui n’est pas affecté par ces traumas, mais caché par les « parties » qui occupent tout l’espace intérieur.

Je pense que tout sujet peut être abordé en IFS dans la mesure ou la méthode propose de rencontrer les parts de soi stimulées par une situation. Elle permet de comprendre pourquoi ces parts agissent, comme elles le font et avec quelles stratégies. En découvrant ce qu'elles protègent, il se fait alors une compréhension consciente de ce qui se joue intérieurement, souvent inconsciemment.
Quelques exemples de situations souvent abordées : dépendances et addictions diverses, dépressions, burn out, conflits intérieurs, perte de confiance en soi, d'estime de soi, besoin de retrouver de l'élan vital, sentiment de blocage...

 

Oui c'est vrai, pourquoi pas une autre ?!
Une thérapie est d'abord une rencontre entre deux personnes aidant-aidé et dépend de la qualité du lien qui s'instaure entre eux.
L'essentiel est donc d'abord de trouver une personne qui vous inspire confiance et vous met en sécurité pour la suite. Après, du point de vue de l'aspect purement technique, l'IFS est une démarche profondément humaniste, son protocole très codifié allie écoute bienveillante, profondeur, justesse et accueil inconditionnel de tout ce qui se présente.
Alors si vous avez besoin de douceur et d'efficacité pourquoi pas essayer ?

Un problème peut-être résolu en peu de séances. L'IFS est une méthode classée dans les thérapies brèves.

Lors de la 1ère consultation un contrat moral est fixé entre le thérapeute et son client pour résoudre un problème précis. Par exemple, « je veux arrêter de fumer », « je stresse à l'idée de parler en public ».... Lorsque la situation problématique est libérée, libre à vous d'arrêter là ou de continuer le processus avec un nouvel objectif !

Oui c'est compréhensible et je pense que vous n'avez pas besoin de raconter votre vie si vous n'en avez pas envie. Lors de la 1ère séance vous pouvez simplement exprimer pourquoi vous êtes là, ce qui vous préoccupe dans votre vie actuelle, ou ce que vous aimeriez vivre. En tant que thérapeute je reformule alors ce que j'ai compris à la manière particulière du modèle IFS c'est à dire en parts (une part de vous pense cela, alors qu'une autre part pense ceci...) Si la reformulation correspond à ce que vous vivez, je vous invite à choisir l'aspect de vous que vous voudriez mieux connaître et nous avançons ainsi pas à pas sans pression.

Est-ce que ça serait rassurant pour vous de savoir que tout n'a pas besoin d'être verbalisé ?
Le praticien IFS aide la personne à cheminer mais cette dernière garde constamment à la main sur ce qu'elle veut exprimer ou pas. Le travail thérapeutique peut quand même se faire, avec la même efficacité.

Et bien oui on ne peut pas affirmer que cela va marcher sur vous ! Et l'idée n'est pas de vous convaincre que cette thérapie est ce qu'il vous faut !
Marshall Rosemberg, le père de la communication non violente (CNV) disait qu'il faut favoriser
« Le lien avant le résultat ». C'est ce que propose l'IFS : favoriser l'écoute intérieure, accueillir inconditionnellement tout ce qui est présent y compris prendre en compte la part qui pense que rien ne marche. Ce que pense ou dit cette part vient de son expérience propre ou, de ce qu'elle croit à ce sujet et c'est tout à fait respectable.

Oui, il y a en nous des parts qui connaissent notre histoire, nos traumatismes et nos blessures. Mais ce n'est pas à partir de ces parts là qu'une libération et une transformation peut s'opérer. Il faut aller visiter les parts de nous qui portent vraiment les problématiques. Pour illustrer mon propos, si j'ai une blessure au pied et que je met un pansement sur la tête, cela ne va pas améliorer l'état de mon pied.

Oui c'est tout à fait légitime de se questionner à ce sujet, personne n'a envie de s'infliger de la souffrance à revivre des moments difficiles. Est-ce que vous seriez rassuré.e de savoir qu'on ne va pas directement rencontrer les parts blessées ?
Nos protecteurs intérieurs ne le permettraient pas car ils sont les gardes du corps des parts sensibles et ils jouent très bien leur rôle. Toute intervention auprès des parts blessées ne peut se faire sans leur autorisation et sous leur contrôle. Si on a leur approbation, c'est qu'ils sont convaincus que ça va être réparateur pour la part qu'ils protègent et les soulager de leur rôle souvent très prenant et fatigant.

Systémique vient du grec systema qui veut dire ensemble organisé. La systémique est donc l'étude d'un système dans lequel interagissent des sous-systèmes.
Ainsi l'IFS considère la personne comme un tout qui contient plusieurs sous-systèmes nommées parts, parties, aspects, personnalités... qui fonctionnent comme une famille intérieure. Ces parts font de nous ce que nous sommes. Elles sont nos qualités, nos valeurs, nos blessures... Elles portent notre histoire personnelle, familiale et culturelle. Chacune est autonome et agit à partir de ses propres expériences, émotions, pensées, croyances... Nous prenons facilement conscience de ce phénomène systémique par exemple dans les cas de conflit intérieur, nous pensons une chose et en même temps une autre voix pense le contraire.

L'Evidence Based Practice (Pratique basée sur des preuves) est un référentiel géré par la SAMHSA du gouvernement américain. Les méthodes énumérées dans le NREPP, y compris désormais l'IFS, ont fait l'objet d'un examen indépendant et rigoureux et sont réputées avoir un impact significatif sur les résultats individuels liés à la santé mentale.
En tant que traitement clinique, il a été confirmé de manière indépendante que la thérapie IFS conduit à cinq résultats, un efficace et quatre prometteurs. Les résultats couvraient des domaines d'efficacité qui semblaient avoir des effets positifs sur le corps, la conscience et l'esprit.
Parmi eux :

  • Désordres et symptômes de l'anxiété (efficace)
  • Conditions de santé physique et symptômes (prometteur)
  • Le concept de soi (prometteur)
  • Dépressions et symptômes dépressif (prometteur)

La fondation IFS continue d’œuvrer pour la reconnaissance de l'IFS comme une méthode novatrice et efficace.

(extrait du glossaire du site de l'association française IFS)

Self

Essence de la personne, qui se caractérise par des qualités naturelles telles que la compassion, la curiosité, la confiance, la capacité de donner une perspective dans des situations qui paraissent bloquées. Le Self est le leader naturel du système psychique intérieur.

Partie

Le terme « partie » décrit les sous-personnalités d’une personne dans la terminologie IFS. Les parties sont considérées comme des personnes intra psychiques possédant des caractéristiques propres : âges, compétences, intentions, émotions… tempéraments propres.

Manager

Parties qui essaient de contrôler un système par anticipation, de façon à éviter l’activation des exilés.

Pompier

Parties qui entrent en jeu une fois les exilés activés, afin de les calmer ou de distraire (dissociation) le système de façon à protéger celui-ci.

Exilé

Parties isolées au sein du système pour être protégées ou pour protéger le système du danger qu’elles représentent du fait de leur charge émotionnelle et de leur fardeau.

Polarisation

État dans lequel deux parties d’un système sont en relation d’opposition ou de compétition, de telle sorte que leur accès au Self est limité par la peur que le protagoniste ne prenne l’ascendant.

Si vous souhaitez plus de précision je vous invite sur le site https://ifs-association.com/ ou vous trouverez des informations très pointues sur le sujet, des témoignages, des évènements tout public…


Prendre rendez-vous 06 84 24 72 93

Share Button